Centrale photovoltaïque



lien vers le dernier film EDF ER


Page en cours de rédaction

La centrale photovoltaïque

BA136 - Un peu d'histoire :

Le site est celui de l'ancienne base aérienne 136

La Base fut créée en 1952 par les forces américaines stationnées en France, dans le cadre de l'OTAN. Les tra­vaux durèrent deux ans. Cette présence de l'U.S. Air Force, qui se poursuivit jus­qu'en 1966, nous la retrou­vons quotidiennement dans l'aménagement urbanistique de la Base. C'est, en effet, une sorte de ville en miniature (comme les Américains aimaient en construire) qui associe en un espace commun une volon­té d'efficacité et de bien-être.


En 1967, après la décision de la France de quitter l'or­ganisation militaire intégrée de l'OTAN, et suite au retrait des troupes améri­caines du territoire national, la Toul-Rosières Air Base (T.R.A.B.) allait devenir la Base aérienne 136. Ce chan­gement de statut, qui naquit du transfert de la Base de Bremgarten vers le terrain de Toul-Rosières, se doublait d'une modification de la portée opérationnelle de la Base, puisque les Phantom furent remplacés par 3 escadrons de F 100 Super Sabre de la 11e Escadre de Chasse.

Dans les années 70 sur­vinrent deux faits mar­quants qui transformèrent en profondeur l'activité de la Base : l'arrivée du Jaguar en 1975, avion qui fit et fait encore aujourd'hui la répu­tation de l'Armée de l’air française sur le plan interna­tional, et le retrait, deux ans plus tard du F100, symbole tangible de la disparition des derniers vestiges d'une présence américaine au sein de la Base.

Parallèlement à l'évolu­tion du matériel militaire et aéronautique, l'Armée de l'air décida en 1981 de doter la Base d'un Escadron de Défense Sol Air (E.D.S.A.), afin de compléter ses capacités de protection.

Enfin, en 1988, la Base de Toul-Rosières recevait son nom de tradition et devenait la Base aérienne 136 «Colonel Georges PHELUT», en hommage à cet officier, commandant la Base en 1980 et 1981, mort le 18 mars 1981  en service aérien à Martincourt.

Quant à la 11e Escadre de Chasse, créée le 1er août 1952 en juxtaposant deux unités,  les Escadrons de Chasse 01.011 «Roussillon» et 02.011 «Vosges», elle a été initialement   stationnée   à Reims. Puis, elle a fait suc­cessivement mouvement sur Lahr, Luxeuil en 1953 et Bremgarten en 1961.

La création de l'Escadron de Chasse 03.011 date du 1er avril 1966, héritant des tra­ditions du 01.011 «CORSE». La 11e Escadre de Chasse rejoint la Base aérienne de Toul-Rosières le 14 sep­tembre 1967.


Quant à l'Escadron de Chasse 04.011 «Jura», il a été créé à Djibouti à la fin de 1972, puis dissous en 1978, et reconstitué dans le même temps sur la Base aérienne de Bordeaux-Mérignac.



La 11e Escadre de Chasse était alors constituée de :

• l'Escadron de Chasse 01.011 «Roussillon» avec deux escadrilles : 

- la 5e Escadrille du groupe de chasse 1/6 - Masque sévère «Tragédie»

- la 6e Escadrille du groupe de chasse 1/6 - Masque rieur

«Comédie»




• l'Escadron de Chasse 02.011 «Vosges» avec deux escadrilles :

- la SPA 91 «l'Aigle à la tête de mort»

- la SPA 97 «Hermine sur fanion rouge et blanc»


• l'Escadron de Chasse 03.011 «Corse» avec deux escadrilles :

- la SPA 69 «Chat»,

- la SPA 88 «Serpent»




• l'Escadron de Chasse 04.011 «Jura» avec deux escadrilles :

- la SPA 158 «Le Serpentaire»

- la SPA 161 «Le Sphinx».



Ces Escadrons de Chasse furent successivement équi­pés du F 84G, F 84F puis F 100, et des Jaguars en 1975.


La 11e Escadre de Chasse a participé activement à la majorité des engagements extérieurs auxquels la France a pris part. Les opé­rations «Lamentin» en Mauritanie, «Tacaud», «Manta» puis «Epervier» au Tchad «Chevesne» au Liban, et «Daguet» en Arabie Saoudite illustrent bien la caractéristique majeure de l'Escadre : sa capacité de projection vers des théâtres d'opérations extérieurs. C'est à l'occasion de la guerre du Golfe, pen­dant laquelle les Jaguar de Toul ont effectué 116 raids aériens sur le Koweït et l'Irak, que la 11e Escadre de Chasse a été citée à l'ordre de l'Armée aérienne et décorée de la Croix de Guerre avec palme. 

Durant ce conflit, environ 400 tonnes de bombes et 60 mis­siles guidés laser ont été tirés sur les positions enne­mies avec une haute effica­cité.   

Suite aux restructurations des armées (plan armées 2000) la BA136 devient Détachement Air 136 (DA136) le 01 Septembre 1998.


Jusqu’à sa dissolution, le DA136 est en charge de la garde du drapeau de la 11ème Escadre de chasse et de ses traditions.


Aux cours de ces 6 années, le DA136 existait grâce à quelques unités spécialisées  qui se sont délitées au fil du temps. Citons l’unité de maintenance du CME (Contre mesure électronique), l’unité d’instruction et d’étude des modifications du Jaguar, une unité du Génie de l’air et son centre d’instruction, sans oublier les unités de maintenance des véhicules  et les unités d’infrastructure, de restauration et d’administration. 

On peut affirmer que l’un des plus beau site de l’armée de l’air a disparu ce 24 juin 2004.


Aujourd'hui la centrale :


Les dossiers de permis de construire de la plus grande centrale photovoltaïque en production à ce jour, ont été signés en mars 2011 par les maires des 3 communes concernées Rosières-en-Haye, Jaillon, et Avrainville.         Cela représentait 450 Kg de dossiers et une matinée pour les signer.

Les dates importantes :

1944 : installation de la 9th air force sur un terrain provisoire  "ROSY"

1951 :  construction de la base de l'OTAN

1967 : départ des américains

2004 : fermeture de la BA136

2010 : présentation du projet de centrale

24/05/2011 : Memory Day

mai 2012 : fin des travaux

Septembre 2012 : mise en production de la centrale.


Chiffres clés 

170 bâtiments à désamianter

280 bâtiments à déconstruire

8000 tonnes de terre polluées traitées.

3 gîtes à chiroptères créés.

(= 210 000€ d'investissement !!)


500 millions € d'investissements

650 ouvriers sur le site pendant la construction

34 entreprises

Retombées financières :

700 000€ pour le Département

130 000€ pour la Région

400 000€ pour la ComCom

Rien pour la commune !


TRAVAUX 

En quelques mois, les ouvriers qui furent jusqu'à 650 sur le site, ont planté  les pieux,  monté les structures  et posé 1 400 000 panneaux , pour une surface de près de 130 ha sur  360 ha au sol .

Les surfaces restantes seront préservées pour l'environnement.


Une énorme trancheuse a permis d'installer rapidement les lignes électriques pour le raccordement de la centrale sur le poste électrique de Blénod les Pont à Mousson et celui de Toul.

Ce sont près de 25Km de fouilles à travers les champs et les chemins .


Même si la centrale produit depuis juillet 2012 avec des pics de 115MW, les travaux furent totalement terminés en 2014 avec la construction d'une maison des énergies sur la zone d'accueil du public. Au travers d'expositions elle présente aux visiteurs la production d'énergies  renouvelables.

Il y a également un mémorial retraçant l'histoire de la BA136 avec exposition d'avions.

Mise en place avec l'aide de l'association des anciens de la 11ème escadre.



Ce site est visitable en contactant l'office du tourisme intercommunal du Bassin de Pont à Mousson.    03 83 87 87 00


(textes et photos Raymond LEGAY et Claude HANRION)

Coordonnées

Mairie de Rosières-en-Haye

68 Grande Rue - 54385

Téléphone : 0383244192

Ouverture au public :

Lundi et Jeudi de 15h à 18h